Mes objectifs et solutions écolos en cuisine

Oui, cet article aurait dû paraître en début d’année. Pourtant, ça faisait un bout de temps que j’avais procédé à l’auto-analyse de mes mauvaises habitudes en cuisine. Cet examen de mon nombril m’a fait adopter des résolutions, mais j’ai manqué de temps pour rédiger ce billet, le voici.

Il n’y a rien comme prendre le temps de s’étudier. Je dis souvent (de moi) que je suis en état de constante évolution. Personne n’est parfait quoi ! Bien sûr que changer ses habitudes demande un petit effort, mais on réalise souvent des économies, c’est bon pour la planète et aussi pour ma poussine qui pousse dans le bedon de ma fille (donc pour vos enfants et petits-enfants également !). Voici donc mes objectifs écologiques de 2020.

Utiliser des sacs pour l’achat de fruits et légumes en vrac

Pour ma part, c’est fait, et c’est drôlement bien. Les cheveux me dressent sur la tête quand je vois tous ces fruits et légumes emballés au supermarché. Je salue l’initiative de certaines grandes chaînes qui offrent maintenant plus de fruits et légumes en vrac que l’on met ensuite dans des sacs en tissu réutilisables et lavables. Ce qu’il y a de plus beau dans ces sacs ? Je vous jure que les aliments se conservent plus longtemps ! Une dépense qui vaut drôlement la peine.

Réduire le nombre d’essuie-tout utilisés

Je me lave les mains, je prends un essuie-tout pour les essuyer. Non, mais je les lave en moyenne toutes les 5 minutes en cuisine ! Et pour réaliser des économies, j’achète un format jumbo au magasin entrepôt, et chaque rouleau est emballé individuellement en plus de l’emballage du format final. Hun… pas de bon sens tout ce plastique ! Maintenant, sauf si je viens de toucher à de la viande ou des poissons crus, je conserve un linge à vaisselle près de mon plan de travail qui sert uniquement à m’essuyer les mains. Comme j’utilise moins d’essuie-tout, le format jumbo suremballé ne franchira plus le pas de ma porte.

Quant aux dégâts, je les éponge avec des essuie-tout réutilisables en fibres naturelles offerts dans plusieurs magasins. J'en avais même acheté en Europe il y a plusieurs années avant de pouvoir les trouver ici. Il y en a maintenant qui sont fabriqués localement, et c'est encore mieux pour l'environnement. Merci à Noémie, une lectrice, de m'avoir rappelé de vous en parler !

Réduire l’utilisation de pellicule de plastique

On réchauffe des trucs au four à micro-onde ? Faut couvrir le plat pour réduire les risques d’éruptions volcaniques d’aliments (et le nettoyage et les mauvais mots qui s’ensuivent). On couvre aussi les restes ou des plats non cuits pour les mettre au frigo. Hum… et moi qui regarde à la télé ces vastes océans de plastique en tirant une fois de plus sur un rouleau de pellicule... plastique.

Quoi faire ? J’ai acheté des couvre-bols et des couvre-plats et c’est génial. Faciles à laver, ils m’ont permis de réduire pas mal ma consommation de plastique en cuisine. Bon, on n’entre pas dans notre argent du jour au lendemain, mais le but n’est pas là. On en trouve facilement en ligne et dans certains magasins, ils sont souvent mignons et ressemblent à la photo ci-dessous.

Couvre-bols, photo tirée du site de Maison Simons

Noémie m'a aussi gentiment fait connaître les produits d'une entreprise des Laurentides, ma région d'adoption. Il s'agit des emballages Api-Flex faits d'un tissu de coton biologique et de chanvre enduit avec la cire d'abeille. Elle les adorent. J'avais essayé des produits semblables il y a quelques années, sans être convaincue, mais ceux-ci sont locaux, viennent en différentes tailles et même en version végane ! Je passe une commande à l'instant :-) : https://api-flex.com/boutique/fr/tous-les-produits-c78/

Et ne pas oublier les sacs écologiques en vente dans la boutique du blogue ! Ils ne sont pas seulement pour les boîtes à lunch. Je m'en sers pour aussi pour conserver des aliments au frigo au congélo. Vous pouvez commander en cliquant sur : http://www.unemerepoule.com/boutique/

Sacs alimentaires réutilisables (ici format grande taille) offert dans la boutique d'Une mère poule un peu dingue

Composter

J’ai commencé par composter au chalet il y a plus de deux ans, et ensuite en ville. J’ai donc un peu d’expérience. Je sais que plusieurs personnes conservent les trucs à composter au congélo, mais vous n’avez pas vu le mien. Des sacs en jaillissent pratiquement dès que je l’ouvre et j’exagère à peine. On oublie ça.

J’ai acheté un contenant spécial pour le compost que je garde en cuisine à portée de main et ça fonctionne à merveille au chalet (avec des sacs biodégradables, pas le choix, le bac à compost est à 300 m de marche). Mais ce système en ville m’a fait connaître les affres des (j’ai enlevé ici le mauvais mot, ce n’est pas classe dans un billet) mouches à fruit.

J’ai lutté âprement. On m’a conseillé de remplir un verre d’eau avec un peu de savon à vaisselle, de le couvrir d’une pellicule plastique (grrr) que l’on perce. Les petites mouches sont supposément attirées par le savon, elles entrent dans le verre sans pouvoir trouver la sortie. Ça ne fonctionne pas si bien. Mais elles ne sont pas si bêtes ces mouches, remplacez le savon par du vin rouge (pas du blanc, j’ai essayé) et la colonie rendra l’âme, heureuse. Je m’excuse pour les âmes sensibles, j’adore les animaux, je suis d’ailleurs une madame à chiens, oiseaux, écureuils, chats et autres, mais des mouches à fruits dans mon vino (le bon, pas celui que je verse dans le verre à mouches ), pas capable.

Bref, le contenant à compost ne marche pas chez nous en raison des bibittes. Ma solution ? Je remplis un bol avec les aliments à composter que je vais porter une fois plein dans le bac à compost, et ce, au moins deux fois par jour au lieu de les accumuler quelques jours.

Les mouches m’ont presque découragée, j’ai failli abandonner, mais non, je continue de composter et cette solution est parfaite pour ma maisonnée. Ça demande un plus de travail, mais pas mal moins que la guéguerre contre les mouches.

Dire bye bye aux savons traditionnels à vaisselle

J’utilisais déjà un gros format de savon à vaisselle liquide et je remplissais une petite bouteille qui en avait vu d’autres. Mais reste que la grosse bouteille trouvait la route du recyclage après un nettoyage soigné. Faut que je réduise ma consommation de plastique et ce n’est pas en jetant des bouteilles (de plastique) que j’y arrive.

La solution ? J’ai trouvé les produits issus de la collaboration de Chic Frigo Sans Fric et de la Savonnerie des Diligences qui permettent de réduire le gaspillage. Leur géniale poudre magique peut être utilisée, entre autres, au lave-vaisselle et leur cake vaisselle remplace le savon liquide. Pour trouver un point de vente : https://savonneriediligences.ca/collections/chic-frigo-sans-fric.

Réduire ma consommation de papier parchemin

C’est un processus que j’avais déjà enclenché en ayant acheté des tapis à cuisson/pâtisserie en silicone. C’est d’ailleurs écrit partout dans mon livre de recettes, et j’y tenais.

J’avais aussi la très mauvaise habitude d’en mettre dans presque tous mes plats à cuisson pour éviter de trop frotter. C’est fini, en cas de besoin, les gars frottent (mes laveurs de vaisselle), mais finalement, ça arrive rarement. Je fais pas mal toutes mes cuissons sur ces tapis en silicone maintenant et pas besoin de payer le gros prix. Il y en a de très efficaces à prix corrects et qui vont même au lave-vaisselle. Ouvrez l’œil.

Les « p’tites napkins » : par ici la sortie !

Non, on ne laisse pas la nourriture décorer nos tours de bouche. Mais j’ai toujours eu un support à serviettes de table (en papier) sur la table. Je ne portais pas trop attention et j’en rachetais d’autres sans me poser de questions. J’ai réalisé que c’était du gaspillage et je n’en achète plus. Bon, j’ai le dos tourné, j’en vois un qui prend un essuie-tout (je ne suis pas avancée), mais je proteste en disant qu’il est simple de se rendre à l’évier pour se laver, la table est juste à côté ! Sinon, des serviettes de table en tissu peuvent très bien remplacer celles avec de jolis motifs que l’on garde souvent pour les repas plus chics et qui elles aussi finissent dans les poubelles.

Je n’ai pas pensé à tout, c’est certain. Mais n’hésitez pas à commenter et à partager vos bonnes habitudes, comme j’ai dit, je suis en mode d’évolution constante !

Anick

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Suivez-moi !

Copyright 2020 . Droits d’auteur 2020. Il me fait plaisir de voir mes recettes partagées entre amis, c'est d'ailleurs mon but. Il y a beaucoup de travail derrière chaque plat, c'est pourquoi je vous demande de respecter mes droits d'auteur. Toute publication de recettes ou de photos se trouvant sur ce blogue est interdite sans mon approbation écrite. Pour obtenir mon approbation aux fins de publication, veuillez me faire parvenir un courriel à : traduction.virtus@outlook.com. Tous droits réservés.