Ragoût de haricots blancs, de légumes et de chorizo tout doucement épicé

Assise dans un resto à Toulouse, je finis d’engouffrer mon premier cassoulet à vie voilà de (trop) nombreuses années. Le garçon prend l’assiette (vide) et dit : « Ha ! dites donc, c’est rare qu’on voie une femme terminer ce plat ! ». Grrrrr… il ne faut jamais traiter une femme de gourmande/cochonne/goinfre, même pas au moyen de sous-entendus. Ce jour-là, j’ai dégusté pour la première fois ce met que j’adore encore et que je ne fais jamais. Mais ce que j’apprécie vraiment dans un cassoulet, c’est le flageolet, qui n’a rien de bien glamour tant il est humble, mais qui me satisfait totalement. Hormis notre traditionnelle soupe aux pois et nos fameuses fèves au lard, je ne crois pas que le Québécois moyen consomme assez de légumineuses. Et pourtant ! Le plat que je vous propose ici est follement savoureux. Si j’aime le cassoulet depuis ce premier voyage en France, je suis tombée sous le charme du paprika après avoir visité l’Espagne et plus tard la Hongrie. Voilà un autre ingrédient que l’on utilise trop peu et qui gagne tellement à être découvert (je vous donne des conseils d’achat ci-dessous). Donc cette recette sort de l’ordinaire, est économique et savoureuse sans compter qu’elle est pleine de nutriments. Oserez-vous ? Même mon fils a aimé, lui qui rouspète habituellement devant un plat de légumineuses...


Portions  : 4 à 6

Temps de trempage : 12 heures ou plus

Temps de cuisson : 2 h 15

Ingrédients

2 tasses (environ 450 g) de haricots blancs secs

2 cuillères à table (30 ml) d’huile d’olive

1 oignon

3 gousses d’ail 125 g de chorizo

2 cuillères à thé (10 ml) de paprika*

½ cuillère à thé (2,5 ml) de paprika fumé

1 litre de tomates étuvées maison ou une boîte de 796 ml avec 2 ou 3 tomates coupées en dés

210 g d’épinards congelés soit 6 cubes

2 carottes

½ fenouil

3 tasses (750 ml) de bouillon de légumes

Romarin frais au goût

Sel et poivre

Préparation

La veille, mettre les haricots dans une grande casserole et recouvrir d’eau jusqu’à mi-chaudron ou plus. Couvrir et laisser reposer à température de la pièce jusqu’au lendemain.

Le jour suivant, verser le contenu de la casserole dans une passoire et bien regarder les haricots égouttés pour déceler s’il y a de petites pierres (ça peut arriver !). Couper l’oignon en dés et hacher l’ail. Verser l’huile dans la casserole et chauffer à puissance moyenne. Combiner l’oignon et l’ail à l’huile et cuire en brassant 5 minutes. Pendant ce temps, trancher le chorizo en dés. Ajouter les épices à l’oignon et cuire 1 minute de plus en brassant. Incorporer ensuite les dés de chorizo et les dorer environ 3 à 5 minutes. Peler les carottes et les couper en dés et faire la même chose du fenouil et des tomates fraîches si vous en utilisez. Introduire le reste des ingrédients à la casserole, brasser et amener à ébullition. Baisser à puissance moyenne à faible, couvrir et laisser doucement mijoter 2 heures de plus en brassant de temps à autre.

Voilà c’est prêt, je vous recommande de servir ce délicieux ragoût avec une baguette bien croustillante ou encore avec de pain à l’ail…

Anick

*Cette recette demande du paprika épicé et non du paprika doux. Je suis un peu maniaque de cette épice, j’en ai quelques sortes sous la main, j’ai donc utilisé ici du paprika espagnol, mais je ne crois pas qu’il y en a en épicerie. À défaut d’en trouver, prenez du paprika hongrois (il y a du poivre de Cayenne dedans) ou encore un paprika ordinaire, mais ajoutez une pointe de poivre de Cayenne à la recette.

2 commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Suivez-moi !

Copyright 2020 . Droits d’auteur 2020. Il me fait plaisir de voir mes recettes partagées entre amis, c'est d'ailleurs mon but. Il y a beaucoup de travail derrière chaque plat, c'est pourquoi je vous demande de respecter mes droits d'auteur. Toute publication de recettes ou de photos se trouvant sur ce blogue est interdite sans mon approbation écrite. Pour obtenir mon approbation aux fins de publication, veuillez me faire parvenir un courriel à : traduction.virtus@outlook.com. Tous droits réservés.