Mes astuces culinaires pour économiser 1 500 $ par année

Mille cinq cents dollars, c’est la somme annuelle moyenne des denrées jetées par chaque ménage canadien1. Si votre résolution de 2017 avait été de réduire le gaspillage alimentaire, vous auriez ramassé les sous pour votre voyage à Cuba ou payé vos cadeaux du Noël. Pas encore convaincu? Sachez qu’au Canada, 30 à 40 % des aliments sont gaspillés pour une valeur d’environ 31 milliards $ et que 47 % du gaspillage alimentaire se fait par nous, les citoyens. Vous n’avez cure de l’argent, mais vous vibrez à la fibre écoresponsable? Si le gaspillage alimentaire était un pays, il serait le 3e plus grand pollueur de la planète. Un autre argument-choc : la France à elle seule produit 10 millions de tonnes de denrées gaspillées, causant 15 % de ses émissions de gaz à effet de serre, c’est 16 milliards d’euros jetés aux poubelles. Arrêter de gaspiller, c’est aussi contribuer au bien-être de la Terre. J’ai récolté ces chiffres lors d’une excellente conférence sur l’alimentation durable et responsable, une belle initiative découlant d’un partenariat France et Canada et organisée par Sopexa Canada. Une des racines du problème est bien sur la perte du savoir-faire en cuisine, j’y ai un peu réfléchi, et pour y remédier, je dresse une liste de suggestions pour permettre de réduire le gaspillage alimentaire, et vous pourrez commencer à penser vous offrir ce petit maillot de bain dont vous rêvez! 1)      L’une des principales sources de perte alimentaire est les fruits et légumes. Je vous propose d’acheter des produits congelés et des frais. On consomme les frais au début de la semaine, à commencer par ceux qui se conservent le moins longtemps, et les congelés à la fin, évitant ainsi des pertes. 2)     Achetez moins, quitte à retourner au supermarché. Et cela vaut pour toutes les sortes de denrées. 3)     Congelez! Vous avez sauté sur un sac de haricots verts en rabais? On les blanchit et on les congèle. Et pour les conserver plus longuement, procurez-vous un appareil de type Food SaverMD. C’est génial pour faire des réserves au cœur de l’été autant que pour profiter des économies lorsqu’elles se pointent le bout du nez. 4)     On mange ses restes! Je publie souvent des recettes utilisant des restes et je ne suis pas la seule. C’est facile et intelligent de cuisiner son fond de frigo. Et si vous n’avez pas envie de transformer votre rôti du dimanche, dégustez-le le lendemain pour le lunch, c’est tout simple! 5)      Partagez! Super cette initiative des frigos communautaires, mais il n’y en a pas partout. Par contre, il est aisé d’offrir vos surplus à vos enfants qui ont quitté la maison ou encore à la gentille vieille dame d’à côté. 6)     Mon sympathique ex-voisin, Richard Desjardins, chef et professeur à l’ITHQ, me dit être un fervent adepte de la déshydratation, ce qui n’est pas bête pour deux sous! Il déshydrate à la maison des fruits et légumes que sa famille consomme au fil des mois. Une belle option à la congélation. 7)      Apprenez à mieux gérer votre frigo. On oublie toujours ce pot de yogourt bien caché derrière le brocoli. Sortez l’Indiana Jones en vous et explorez votre jungle alimentaire pour en extraire des produits qui pourraient bientôt passer date. 8)     Une date de péremption, c’est quoi? La mention «Meilleur avant» (date limite d’utilisation) indique aux consommateurs que le produit non ouvert, s’il a été manipulé adéquatement (entreposé dans des conditions appropriées), devrait être de haute qualité jusqu’à la date indiquée2. La clé de cette phrase se trouve à la fin, certains aliments peuvent être consommés même si la date de péremption est passée, c’est la qualité du produit qui peut être affectée et non sa salubrité. Voici un tableau intéressant à consulter pour vous permettre d’y voir clair : http://befoodsafe.ca/fr/be-food-safe/storage-chart/. 9)     De super applis existent pour vous aider à combattre le gaspillage alimentaire, à commencer par la brillante Eatizz (https://www.eatizz.com/fr/). On y déniche des promotions et rabais de dernière minute sur des denrées arrivant à la limite de vente chez certains partenaires. 10)  Renseignez-vous sur le gaspillage alimentaire! Il existe de très bons blogues pour découvrir plus d’information ou encore pour cuisiner des laissés-pour-compte dont : Tu ne vas pas jeter ça (https://tuvaspasjeterca.com/) ou encore le très original (et beau) blogue de Louise Gagnon: Ma citrouille bien-aimée (https://macitrouillebienaimee.com/). 11)   On achète? On cuisine! Les blogues et les livres sont là pour vous donner des suggestions et d’excellentes recettes. 12)  Osez le moins beau et le plus vieux! On choisit toujours le fruit plus appétissant, la tomate parfaite. On lève le nez sur les fruits plus mûrs bien qu’ils sont souvent meilleurs et ils atterrissent tristement dans les poubelles des marchands. Pareil pour les produits avec une date de péremption proche, on fouille au fond du rayon afin d’en trouver qui dureront plus longtemps, même si on planifie l’utiliser tout de suite… 13)  J’ai commencé à composter et je suis fière de moi. Mais j’ai remarqué que je jetais des aliments qui auraient pu servir à mitonner un bouillon par exemple, c’est que je me sentais moins coupable. Attention! C’est bien de composter, mais pas au prix d’y balancer des denrées propres à la consommation, parce que c’est plutôt du gaspillage. Mon petit billet vous a fait réfléchir? Pourquoi ne pas partager vos idées dans un commentaire ou sur ma page FB? Je suis certaine d’en avoir oublié!   Anick   1. Source : La Presse 2. Source : The Cost of Canada’s Annual Food Waste 3. Source : http://www.inspection.gc.ca/aliments/information-pour-les-consommateurs/fiches-de-renseignements-et-infographies/duree-de-conservation/fra/1332357469487/1332357545633  

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Suivez-moi !

Copyright 2020 . Droits d’auteur 2020. Il me fait plaisir de voir mes recettes partagées entre amis, c'est d'ailleurs mon but. Il y a beaucoup de travail derrière chaque plat, c'est pourquoi je vous demande de respecter mes droits d'auteur. Toute publication de recettes ou de photos se trouvant sur ce blogue est interdite sans mon approbation écrite. Pour obtenir mon approbation aux fins de publication, veuillez me faire parvenir un courriel à : traduction.virtus@outlook.com. Tous droits réservés.